Le retour aux sources ?

Etudes bibliques : revenir aux bases ?

barefoot-482747_1920Je me souviens avoir assisté à une réunion des jeunes de rentrée où nous allions définir le programme de l’année. Le pasteur était présent et nous a simplement demandé ce qu’on attendait des fameuses «études bibliques». Naturellement, (on est jeune, hein), on se tourne souvent vers des thèmes un peu funky genre les fréquentations, les études, la musique, … Le pasteur a humblement proposé de revenir aux bases : qu’est ce que la Bible pour nous, quelle est notre identité, c’est quoi ces différents courants chrétiens, … Silence dans la pièce. Je ne sais pas ce que pensaient les autres à ce moment-là, mais moi, je me suis dit : «Mais tout ça, on sait déjà». Avec du recul, j’aimerais vraiment qu’on puisse tous revenir à ces «fondamentaux» régulièrement dans nos vies. Quand on «naît dans l’église (institutionnelle)», il y a des choses qu’on fait, simplement parce qu’on les a toujours faites comme ça. On ne se pose plus vraiment de questions. On se dit juste que si on le fait, c’est certainement «pas mauvais». C’est bien l’une des devises du protestantisme, non : Sola Scriptura ? Donc, forcément, tout ce qu’on fait est sensé se baser sur la Parole seule. En réalité, c’est bien plus compliqué que ça.

L’autorité que nous accordons (ou pas) à la tradition

Je ne fais pas partie des personnes qui tapent à coup de marteau sur les «églises traditionnelles» en rejetant tout en bloc à cause du paganisme qui s’y introduit plus ou moins subtilement. Si on devait tout rejeter en bloc, on ne pourrait même pas prononcer les jours de la semaine parce que leur nom a été choisi en l’honneur des divinités romaines (Lune, Mars, Mercure, …). Que Dieu nous donne son discernement : d’une part de comprendre ce qui relève du commandement de Dieu et d’autre part ce qui vient de la tradition. Et, je crois que ce n’est pas la tradition qui est «mauvaise» mais l’autorité qu’on lui donne. Si notre tradition remplace le commandement de Dieu, alors il y a problème. Si notre tradition a permis de faire grandir spirituellement l’Église (à un instant t…), alors pourquoi jeter la pierre ? Néanmoins, n’ayons pas peur de revoir nos «classiques» et de ne pas faire de la tradition, une loi gravée dans le marbre. Ne pas suivre la tradition, je crois que cela ne veut pas dire aller à l’encontre de la volonté de Dieu (à moins de le prendre pour un refus de soumission aux autorités établies par le Seigneur sur la communauté). Je crois que nous servons un Dieu VIVANT, que la Bible est sa Parole VIVANTE, et qu’il n’y a rien de pire dans la vie d’un chrétien que de se dire «ça y est, j’ai tout compris». Bien sûr, beaucoup ont déjà médité un tas de sujets avant nous, et je remercie le Seigneur pour les enseignements qu’on a déjà pu avoir au travers des âges. Mais alors, à quoi bon réinventer la roue ? À quoi bon revenir soi-même au lait pur de la Parole ?

Il y a un «pasteur» pas trop méconnu, et plutôt fiable, qui un jour a prêché l’Évangile à une communauté. Cette communauté a préféré tout vérifier dans les Écritures que tout ce qu’il disait était exact. Ça devait faire du boulot quand même … Ce «pasteur», c’était juste Paul (oui, celui qui a écrit la plupart des lettres du Nouveau Testament) et la communauté, celle de Bérée (Actes 17:11). Je ne dis pas ça pour nous ébranler dans notre foi, et je comprends bien que c’est facile à dire de lire la Bible «couramment» et y entendre la voix de Dieu. Mais Dieu voit nos coeurs, des coeurs qui le cherchent intensément, Lui. Si tu cherches, tu trouveras. Ou plutôt, Il te trouvera. Je me souviens de ce Jésus qui sur son chemin, ouvrait les yeux des aveugles et faisait entendre les sourds. Eh bien, c’est le même, aujourd’hui.

Notre réponse à la Parole

faith-834672_1920Honnêtement, il m’arrivait de ne pas prendre la Bible au sérieux. Non pas que je méprisais la Parole, mais je préférais n’entendre que ce que je voulais entendre. Je connaissais assez la Bible pour pouvoir trouver les versets qui vont bien au bon moment, et qui, de préférence, ne bousculaient pas trop ma façon de penser (même si ce n’était pas intentionnel). On peut connaître un tas de choses, savoir que c’est bien, mais ne pas le faire. Vous savez que pour faire un peu d’activité physique, vous devriez monter les escaliers plutôt que prendre l’ascenseur ? Alors ? Et les fumeurs, croyez-vous qu’ils ignorent vraiment encore les méfaits du tabac sur leur santé ? Eh bien, il y a des choses qu’on fait, et qu’on sait que ça plaît pas forcément à Dieu, mais qu’on fait quand même. Et je ne parle pas nécessairement de ce «groooos péché» qu’on a bien vite fait de se débarrasser au nom de Jésus, mais je parle de ces petits trucs dont on se dit «rhôô, c’est pas bien grave». Alors, le changement, c’est possible ? Hop, hop, hop, c’est super de se motiver à vivre une vie de sanctification, … mais sans l’essentiel, on risque de vite s’essouffler. L’essentiel, c’est dans le cœur. Et, je sais que je le répète tout le temps, mais je ne m’en lasse pas : seul Dieu peut changer un cœur. La transformation est la conséquence de notre changement d’identité, notre prise de conscience de notre état foireux (même si on n’a pas l’air si mal que ça) et notre acceptation de la seule solution : Jésus. On ne fait pas «le bien» pour être approuvés par Dieu : ça, c’est l’oeuvre de la croix, tout est accompli. Mais seul un chrétien, conscient de la grâce, conscient d’être déjà justifié, pourra courir et ne pas s’essouffler sur ce chemin que Dieu a tracé, vivre cette vie en l’honneur de son Seigneur, dans sa liberté.

2 réflexions sur “Le retour aux sources ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s